Contexte global de la proposition

 

De sa propre initiative, la CCTLB (Communauté de Communes du Territoire de Lunéville à Baccarat) assure le financement des ramassages des collégiens et Lycéens dont la commune d’habitation est située à moins de 3 km de Lunéville (Chanteheux,Jolivet, Moncel-les-Lunéville et  Lunéville). Elle a décidé de reporter ce financement sur un nouveau dispositif et de pourvoir les élèves concernés d’un vélo pour se rendre dans leurs établissements respectifs.

 

 Rôle de VéloLun’ dans ce dispositif :

 

Suite à un appel d’offres, l’association INES a été retenue comme porteur de projet. La signature d’une convention avec VéloLun’ reconnaît notre association comme force de proposition quant aux modifications d’aménagements cyclables et lui délègue la responsabilité d’évaluer la capacité des jeunes concernés et de mettre en œuvre les ateliers permettant de remédier aux compétences non acquises.

 

 

 

Proposition de modalités :

 Note: par rapport à nos propositions vous pouvez constater que le calendrier prend du retard ( nous avons encore dû le décaler): nous en sommes les premiers contrariés et ferons tout pour respecter les échéances qui nous ont été "prescrites"!

Dès le mois de février (du 11 au 13), à l’aide d’un circuit , nous évaluerons les habiletés des élèves concernés, en nous limitant aux niveaux 6e-5e, sauf demande expresse. A l’issue de ces tests, nous proposerons, par regroupements, différents cycles de 5h, 11h ou 17h (“débutants”) selon le nombre de compétences à conforter, dont 2h sur les voies de circulation. D'autres créneaux pourront être proposés pendant les vacances de février, puis en semaine de classe (pause méridienne, mercredis après-midis, samedis)S'y ajouteront des séances en salle avec vidéo-projecteur destinées à rafraîchir les connaissances du Code de la route et à observer des situations propres aux cyclistes, voire à passer une épreuve spécifique “Code de la route du cycliste”

Notre position sur le Projet:

Comment penser que nous n'avons pas été surpris à la première rumeur concernant ce projet? En effet, il n'est pas du tout en phase avec la politique cyclable de la Ville depuis des années. Nous l'avons fait savoir haut et fort auprès du Président de la CCTLB et du Maire de Lunéville (courriers en juillet 2018). Toutefois, face à l'avancée du projet, nous n'avions que 2 possibilités: le combattre fermement ou mettre toute notre énergie pour faire en sorte que ce projet soit réussi, avec la condition absolument incontournable que la sécurité des jeunes soit garantie. Un travail est engagé avec les interlocuteurs pour sécuriser certains parcours et globalement pour apaiser la circulation dans et aux abords de Lunéville (voir rubrique Observatoire, qui sera complétée au fur et à mesure de nos propositions et de leur concrétisation). Nos contacts sont de plus en plus fructueux, et nous avons l'assurance que des avancées significatives seront observables dans les semaines et mois qui viennent. Par ailleurs, via une Evaluation permettant la délivrance d'une Attestation "Vélo's Cool", la capacité à maîtriser leur monture et à affronter les réalités de la circulation sera évaluée et restera pour les plus jeunes un incontournable pour se voir confier un vélo ou tout au moins circuler en autonomie. La deuxième étape sera pour nous de faire adhérer les parents (ou les lycéens les plus âgés) afin qu'ils encadrent activement ces déplacements quotidiens (qui devraient débuter après les vacances de printemps dans la sérénité, puisqu'il n'y aura dans un premier temps pas de suppression de ramassage, donc participation sur la base du volontariat.

La 3e étape, et c'est le cœur de notre combat quotidien, sera de faire adhérer les élus (qui majoritairement ont voté ce dispositif) et de montrer par l'exemple que (hors incapacité médicale) tout déplacement de moins de 3 km (sans transport d'objet encombrant) peut être effectué autrement qu'en voiture, que la plupart des achats faits rue Banaudon peuvent être faits à pied, sans stationner "dans" la devanture du magasin! Ce changement de mentalité irait dans le sens de tous les combats sur le climat (comme la COP 21, à PARIS, semble loin!), la santé. Il permettrait de flâner dans un centre ville apaisé, et la réduction de la circulation automobile améliorerait mécaniquement la sécurité des piétons et des cyclistes.